La Présence Managériale

Depuis quelques années, le terme « Présence » est employé dans de nombreux domaines de l’accompagnement personnel et professionnel. Tout a certainement commencé avec la popularisation des pratiques méditatives de pleine conscience, du mouvement New Age dans les années 80 et la publication en 1997 du livre d’Eckart Tollé: « Le Pouvoir du moment présent », invitation à explorer et vivre « l’ici et maintenant ».  Otto Scharmer quant à lui, professeur et chercheur au M.I.T (Boston, USA), a mis le terme au centre de « sa théorie U » sous la forme anglaise « Presencing », établi comme une étape vers la réussite (« Performing by operating from the whole »). Plus récemment, Thierry Janssen, ancien chirurgien devenu psychothérapeute,  l’a mis au centre de sa pratique allant jusqu’à nommer sa propre structure de formation (fondée en 2015) : l’Ecole de la Présence Thérapeutique. Il donne de la « Présence » une définition très utile pour comprendre comment et pourquoi la développer.

[Schéma 1 – Définition de la Présence par Thierry Janssen]

Ne souhaitant pas seulement surfer sur ce que l’on pourrait nommer une tendance, je vous invite à revenir sur la définition même du terme « Présence ». Ayant concentré les idées principales issues des (longues) définitions données sur les sites www.larousse.fr et www.cnrtl.fr, voici les éléments les plus marquants:

  • « Fait pour quelqu’un, quelque chose de se trouver physiquement, matériellement en un lieu déterminé, par opposition à absence
  • « Impression donnée d’être là, alors qu’on ne l’est plus (Tous ces objets me faisaient ressentir sa présence) ».
  • « Fait d’être présent en esprit, fait d’être disponible à n’importe quelle sollicitation extérieure »
  • « Capacité d’attention, de réaction”
  • “Présence à… »: « Présence à soi » (« fait d’éprouver sa propre existence ») et « Présence au monde » (« fait de se percevoir comme un élément du monde, de se sentir impliqué dans ce qui concerne le monde »)
  • « Fait de laisser percevoir, d’imposer sa personnalité à travers ses actes, ses attitudes, ses oeuvres (Avoir de la présence ) »
  • « En présence » : « idée de face-à-face voire de compétition »

Il semble bien que 3 blocs d’idées se dessinent. Tout d’abord la présence a une composante physique. Elle est binaire: on est là, avec une personne, dans un lieu, etc. ou on ne l’est pas. La présence peut toutefois se ressentir de façon plus nuancée. On a alors affaire à sa partie immatérielle avec des qualités plus insaisissables telles que l’attention, la réaction, la disponibilité tournée vers un objet particulier (soi, le monde, les autres, etc.). Finalement, elle englobe une notion proche de l’idée de faire face et de s’imposer. Sans en expliciter totalement les modalités, on peut imaginer qu’elle rend incontournable et force (ou plutôt attire naturellement) l’écoute, l’attention, voire le respect. 

La présence n’est donc pas une qualité passive et contemplative même si ces éléments peuvent la caractériser à certains moment. Une réelle présence demande une écoute active, une observation de tout instant pour montrer qu’on est réellement présent, en chair et en os aussi bien qu’en pensée. Elle précède la réponse adéquate donnée à une situation, quelle que celle-ci soit et favorise empathie et intuition.

[Schéma 2 – Le Diamant de la Présence]

Bien avant la mode actuelle, certains écrivains et philosophes comme Sartre ou Merleau-Ponty ont souligné l’importance de faire preuve de « présence à soi » alors que Camus partageait avec le lecteur le fait d’avoir expérimenté à la fois « le détachement de moi-même » et « ma présence au monde ». Ils nous rappelaient déjà alors la nécessité d’être attentif au monde qui nous entoure mais aussi à notre monde intérieur afin de mieux le comprendre et d’améliorer le vivre ensemble.

Nous pourrions résumer les bienfaits et les qualités de la présence dans un cercle vertueux qui s’articulerait autour de 5 branches (les 5 P) : la Présence à soi nourrit les pouvoirs que l’on se donne (pouvoir sur soi et dans la relation) i.e intuition et empathie qui, à leur tour, alimentent la Paix que l’on ressent, i.e. le calme intérieur, puis la Paix que l’on transmet, i.e. la sérénité que l’on véhicule, qui se retrouve elle-même dans la Présence que l’on accorde à l’autre, i.e le temps et la valeur qu’on donne à l’échange, nourrissant lui-même la Présence à soi. La vertu de ces 5 branches, lorsqu’elles sont équilibrées, est de nous donner de la Puissance pour occuper l’espace que nous sommes en droit d’occuper tout en laissant l’autre libre de ses mouvements, d’être ce qu’il veut être sans subir les pressions extérieures avec autant de vigueur et finalement de réaliser ce qui lui tient à coeur. 

[ Schéma «3 – L’Étoile de la Puissance Personnelle (les 5P) ]

La présence est donc la qualité qui, dans notre monde bousculé, toujours en mouvement, nous oblige à nous arrêter quelques instants, à réfléchir sur nous-mêmes, nos pratiques, à les améliorer pour avancer dans la direction que nous avons choisie. La présence est finalement une partie de soi que l’on prête à l’autre pendant quelques instants et qu’il nous rendra nourrie de multiples et inattendues façons

Elle est d’autant plus importante en contexte professionnel et particulièrement dans le cas d’encadrement d’équipes qui vivent de nombreuses situations comme une alternance d’ordres et de contre-ordres, de directives et de paradoxes qui créent la spirale inverse, celle du chaos dans lequel ils risquent et craignent de s’enfoncer. Le manager est l’axe principal qui maintient l’équilibre dans le travail. Il est lui-même en devoir de développer son équilibre et celui de ses équipes grâce aux 2 carburants incontournables de la Présence Managériale: la présence à soi et la présence à l’autre qui vont donner de la dynamique à leur équipe en créant notamment plus de Confiance.

[ Schéma 4 – Les 2 Carburants de la Présence Managériale ]

Je vous invite à lire l’article* consacré à la vision de Thierry Janssen sur la Présence paru dans Inexploré datant de 2017 qui lui a été consacré.

Quant à la Présence Managériale, notion nouvelle et en constante évolution tant sur le plan de la définition que des outils aidant à sa mise en œuvre, elle présente un A.D.N. incontournable c’est-à-dire un programme directeur de l’état d’esprit à adopter afin de mener les actions et les acteurs vers la réussite: la nécessité pour les managers d’ « acquérir plus d’authenticité », de « donner davantage de dynamique » et surtout d’arriver à « nourrir toutes les natures » afin de faire de la diversité de leurs équipes, un atout unique pour la faire réussir.

[ Schéma 5 – L’ADN de la Présence Managériale]

Je vous propose de la découvrir tout au long de la visite de ce site ou de me contacter directement pour en savoir plus et l’ancrer parmi vos équipes.

*article dans le magazine Inexploré de Th. Janssen: « la présence une clé fondamentale »

Les commentaires sont clos.